Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Amis de l'Ecole de Rouen

"le Pont transbordeur" par Joseph DELATTRE - Article de F. LESPINASSE

2 Mai 2017, 08:33am

Publié par le webmaster

Joseph DELATTRE -"le Pont transbordeur de Rouen"  HST SBG 0,46x0,61 - 1899 - coll. partic.

Joseph DELATTRE -"le Pont transbordeur de Rouen" HST SBG 0,46x0,61 - 1899 - coll. partic.

   Le 14 septembre 1899, Rouen inaugure le "Pont Transbordeur" dont l'ingénieur Ferdinand Arnodin (1845-1924) est le concepteur. Les travaux ont commencé en 1898. Spécialisé dans les "ponts suspendus", Ferdinand Arnodin invente le concept du  "pont transbordeur". Le pont de Biscaye, à Bilbao, sera le premier de la série. Quant à celui de Rouen, il sera le premier à se mouvoir à l'électricité.

  

  Deux pylônes hauts de soixante-sept mètres donnent appui à un tablier de cent-quarante-trois mètres de long. Le pont se situe en bas du boulevard Cauchoise (futur boulevard des Belges) et relie les deux rives de la Seine. Cet ouvrage d'art va devenir une image incontournable du paysage rouennais, jusqu'à sa destruction le 9 juin 1940 pour freiner l'invasion des troupes allemandes.

Ci-dessous, au dessus du fleuve, la passerelle des passagers avec de part de d'autre

les "salons d'attente première et seconde classe ! "

ci dessus lapasserelle des passagers

   Le tableau d'artiste que j'ai le plaisir de vous présenter ici, a été peint entre 1899 et 1901 par Joseph Delattre (1858-1912) (1). A cette époque, l'artiste est bien connu à Rouen.

   Né à Déville-les-Rouen, dans une famille modeste, il va d'abord aider son père vitrier tout en suivant le mouvement pictural lancé par Léon-Jules Lemaitre (1850-1905), ancien élève de l'Ecole des Beaux-arts de Rouen et mentor, dans la capitale normande, de l'Impressionnisme en plein essor. Delattre va défendre avec passion et fougue la "peinture de plein air" en opposition à la peinture officielle.

   Il fait partie des «Trois mousquetaires» selon la formule lancée par le journaliste Eugène Brieux (1858-1932) dans Le Nouvelliste de Rouen du 26 avril 1889. Rares sont les journalistes défendant ces novateurs. Les trois mousquetaires sont, bien évidemment, quatre : Angrand, Delattre, Frechon, et  Lemaitre.

A ses débuts, Delattre est remarqué par le frère aîné de Claude Monet, Léon Monet (2). Chimiste à Déville-les-Rouen, là où réside Joseph Delattre, Membre de la Société industrielle de Rouen fondée en 1872 à l'imitation de celle de Mulhouse, il s'intéresse tout naturellement à la peinture et au mouvement impressionniste. Delattre le connaît bien. En effet, en 1882, Léon Monet a même fait un échange avec un Sisley de sa collection contre un Delattre : Le Cours-la-Reine ! Léon Monet reçoit régulièrement son frère Claude, en particulier lors de ses séjours pour la réalisation des façades de Cathédrales de Rouen, en 1892 et 1893.

   Au sein de la Société Industrielle se trouvent des personnalités du monde industriel comme Félix-Célestin Depeaux (1815-1891) et son fils François (3), qui vont ainsi s'initier, approcher et apprécier le monde des Arts.

   Peu avant l'exécution de notre tableau 'Le pont transbordeur', Joseph Delattre a fondé une 'Académie Libre de Peinture', dont le premier cours a eu lieu en avril 1896. Il écrit à son ami Charles Angrand, parisien depuis 1882 : « ...J'ai imaginé d'organiser un cours en plein air, avec l'espoir que cela me rapportera peut-être 80 francs par mois. Quand je dis cours, c'est bien prétentieux, étant donné ma façon de voir le sujet. Ce sera plutôt un mode d'entraînement : promenades à la campagne, où chacun pourra dire ce qu'il éprouve, où l'on pourrait causer, s’engueuler, travailler ou ne pas travailler, se servir de …..». Par ce cours de plein-air, Joseph Delattre attire de jeunes artistes qui vont donner, à leur tour, un élan artistique à la "ville aux cent clochers".

   Camille Pissarro, en visite à Rouen, écrit d'ailleurs le 28 septembre 1896 à son fils Lucien devenu londonien : «...Oui, c'est Delattre que se nomme le peintre rouennais. Je ne manquerai pas de lui dire bonjour de ta part. C'est un enthousiaste et qu'on a l'air de blaguer ici et qui en somme est le seul qui est de l'oeil... ». Et d'ajouter deux jours plus tard au même correspondant : « ...Tu n'as pas idée du mouvement qui se fait ici par suite des visites de Monet, moi, etc ...et la collection Murer. Il se fait un mouvement parmi de tout jeunes gens, je t'en causerai une autre fois... »(4).

   En effet, la ville a reçu, ou reçoit la visite de peintres importants : Corot, Delacroix, Bonington, Turner, Sisley, Gauguin, Monet, Pissarro... L'exceptionnelle exposition de 2010 au musée des Beaux-arts de Rouen, sous la direction de M. Laurent Salomé, en a été la parfaite démonstration.

Dans quelles mains est arrivé ce tableau ?

   Tout simplement dans les mains d'un des plus grands collectionneurs français : François Depeaux (1853-1920). En quarante ans, ce dernier va acheter près de sept cents œuvres, dont cinquante-cinq Sisley, vingt Monet, neuf Pissarro, six Renoir, cinq Toulouse-Lautrec, vingt Guillaumin, six Moret, un Gauguin, un Courbet ... trente-neuf Lebourg et les meilleures œuvres de Delattre, Pinchon et Ottmann.

    Ce tableau représente une page rouennaise de première importance. De petit format (12- Paysage 0,46 x 0,61), mais dense, le ciel y est tout à fait réussi avec une touche rapide et serrée, tout à fait caractéristique. L'ambiance générale grise est l'exact reflet de l'atmosphère rouennaise et de ses bords de Seine chers au peintre.

   Terminons par ces mots de Daniel Wildenstein: «...Le génie de l'impressionnisme réside pour une bonne part dans cette honnêteté attentive devant les spectacles de la nature.» (préface J. Delattre, de Bernard du Chatenet, 1974).

Mais réservons l'étude de ce Delattre au sein de la collection de François Depeaux dans un article à paraître très prochainement.

François  LESPINASSE        J.Delattre sur le motif - photo DR

 

notes

                                                                                                                       

1) Voir : B. du Chatenet, Delattre, éd. BDS Rouen 1974 et F. Lespinasse, Delattre, éd. F.L, 1985

2) Voir : Une ville pour l'impressionnisme, Monet, Pissarro et Gauguin à Rouen, sous la direction de Laurent Salomé, Skira Flammarion, juin 2010.

3) Voir : F. Lespinasse in Une ville pour l'impressionnisme Monet, Pissarro, et Gauguin à Rouen p.124 à 165. (opus cité) ; M.H Tellier, Le charbonnier et les impressionnistes, éd. MHT, Rouen 2010 ; F. Lespinasse, François Depeaux, portrait d'un collectionneur d'impressionnistes, éd. Association des Amis de l'Ecole de Rouen, Rouen, 2016.

4) Voir : les 5 tomes de Janine Bailly-Herzberg, Correspondances de Camille Pissarro.

NB. "Le Pont transbordeur" de Joseph DELATTRE fait partie de l'exposition  "Au fil de l'eau : SEINE DE TRAVAIL" qui se tient actuellement au Musée de l'Hôtel Dieu à MANTES-LA-JOLIE jusqu'au 25 juin et que nous avons récemment annoncée dans les pages de notre blog (février et mars 2017).

 

 

 

Commenter cet article