Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Amis de l'Ecole de Rouen

La chronique mensuelle de François LESPINASSE - septembre 2008

11 Septembre 2008, 18:05pm

Publié par le webmaster

 

Charles FRECHON bénéficie d’un moment de grâce au Musée des beaux-arts de ROUEN et il faut en profiter pleinement, le savourer. 
   En feuilletant des catalogues du Salon des Artistes Rouennais, dont la première exposition, rappelons-le, s’est tenue en 1907, j’ai remarqué plus particulièrement le catalogue de la trente-et-unième exposition. Celle-ci se déroula à l’Aître Saint-Maclou du 2 au 13 avril 1937, et sur le catalogue, il est fait état d’un programme ambitieux et généreux : les peintres normands.
   De quoi s’agit-il ? “ L’éditeur rouennais DEFONTAINE prépare une collection de monographies illustrées consacrées aux meilleurs peintres de l’École Normande ”.
   Cette collection devait se présenter sous forme de volumes de luxe tirés, chacun, à mille exemplaires numérotés.
    Les textes devaient être demandés aux meilleurs littérateurs du cru et la partie illustrée serait très complète ; elle donnerait une idée exacte de l’œuvre de l’artiste en cause. Les premiers volumes à paraître devaient être les suivants :
BOUDIN par M. GUEY, Conservateur du Musée des beaux-arts de ROUEN, LEBOURG par A. RENAUDIN, DUMONT par P. VARENNE, Pierre HODÉ par P.R. WOLF, PINCHON par TILMANS, DELATTRE par G. PAILHÈS, BORDES par R. PARMENT, SEGERS par L. DUFRANE, Consul de Belgique à ROUEN, FRECHON par C. PRÉAUX.
   L’intention était très louable ; malheureusement, aucune parution ne vit le jour.

   Mais revenons à Charles FRECHON. Les témoignages de première main, les archives, les précieuses photographies s’évaporent, disparaissent lentement mais sûrement. Saluons donc, comme il se doit, cette superbe rétrospective.
   Elle permet de mesurer dans la Salle des dessins par exemple, le talent de notre Artiste.
Cette courte période de dessin, mal connue, réalisée entre 1886 et 1895 environ, est contemporaine de celle d’un artiste belge de renom international, Théo VAN RYSSELBERGHE (1862-1929) et certains dessins de Charles FRECHON peuvent côtoyer ceux de l’artiste belge sans difficulté.
   La courte période divisionniste (également appelée pointilliste) montre des œuvres de grande qualité, révélatrices d’un talent très sûr, mais l’artiste ne s’attarde pas, cette technique étant trop astreignante. Il adapte sa facture et développe un vibrisme superbe.
   A l’aube du siècle nouveau, FRECHON atteint la maturité de son art et, durant deux décennies, il peint la campagne en toutes saisons pour notre plus grand émerveillement.

Ce sont ces œuvres que l’on peut voir au Musée des beaux-arts de ROUEN*. Profitons de cette occasion unique et attendue depuis si longtemps.



 François Lespinasse




* L'exposition se terminera le dimanche 21 septembre 

Voir les commentaires