Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Amis de l'Ecole de Rouen

une Oeuvre, une Histoire par Brice AURPEUTHY et JACBA (7)

1 Décembre 2012, 11:28am

Publié par le webmaster

  Delattre-RégatesSeine (Copier) (3)cliquer gauche  pour agrandir

 

QUI : Joseph DELATTRE (1858-1912)

 

QUAND : entre 1895 et 1900

 

QU’ EST-CE : Les régates (huile sur toile, coll. part.)

 

 

 

COMMENT : Joseph Delattre est un paysagiste, un paysagiste des bords de Seine, notamment.

Au début des années 1890, il oriente ses recherches dans la retranscription des brumes portuaires rouennaises. Il s'évertue à donner de la transparence dans la palette de ses gris, en les éclairant de bleu, de vermillon, d'ocre... Une recherche tout en délicatesse.

Après son déménagement à Petit-Couronne en 1902, ce sont les gribanes, ces barques de transport de roches et de craie des carrières de Biessard, qui captent l'attention de notre peintre.

Notre toile, exceptionnelle, se situe entre ces deux périodes. Joseph Delattre, grâce à ses correspondances avec Charles Angrand, l'ami de Seurat, a parfaitement intégré les principes néo de la décomposition de la touche. Plus large dans les reflets du fleuve, cette touche devient punctiforme dans les voilures, simulant le gonflement ou le faseyement de ces dernières, c'est à dire le mouvement !

Et que dire des couleurs réfléchies sur les ondes sages de la Seine: un mélange étonnant de parme venant du ciel, de mauve produit par les coteaux, quelques traits crème pour les voiles, coquille d'oeuf rosé pour le reflet des falaises de craie, sur fond bleu céleste dégradé (plus clair).

Quant au premier plan de droite ocre-vert figurant la berge, il est caractéristique de Delattre, permettant d'étager les plans successifs, ce qui amène toute la profondeur de la composition.

 

Brice AURPEUTHY

 

L'environnement du peintre en 1895-1900

 

Le peintre réalise son œuvre entre 1895 et 1900, c’est-à-dire au début de la « belle époque », caractérisé par de nombreux progrès technologiques : en 1895, les frères LUMIERE déposent le brevet du cinématographe, en 1897, Eugène DEMARÇAIS isole l’EUROPIUM, en 1898, Pierre et Marie CURIE, le RADIUM, le chimiste américain John ABEL, l’adrénaline, Joseph THOMSON annonce la découverte de l’électron, élément fondamental des rayons lumineux, et Clément ADER réalise un premier vol horizontal de 300 mètres sur son AVION III...et aussi  des catastrophes !

un train "s'arrête" en Gare Montparnasse en 95

 

Mais, dans cette période également riche sur le plan culturel surviennent également des évènements qui jettent le trouble dans cette société qui, sortant d’une longue période de guerre, respire enfin. J’en cite deux :

330px-Le Petit Journal - Bazar de la Charité (Copier)- Le 4 mai 1897, un gigantesque incendie survient au Bazar de la Charité à PARIS, faisant 121 morts.  L’effervescence autour de ce drame générera toutes sortes de réflexions, chacun voyant dans l’évènement récupéré, interprété et amplifié par le presse, des symboles quasi mythologiques sur la dégradation de la société ; les milieux cléricaux lui y attribuèrent même l’expression d’une punition divine.

- Le 13 janvier 1898, publication par le journal « l’aurore » du « J’ACCUSE », relançant l’affaire DREYFUS. Dans ce texte virulent, l’écrivain Emile ZOLA, soutenu par Georges CLEMENCEAU, dénonce les manigances qui entourent le procès démarré en 1894 du capitaine DREYFUS, accusé d’espionnage. Carte jaccuse

Le 19 septembre 1899, le Président de la République Emile LOUBET gracie DREYFUS, reconnu pourtant coupable de haute trahison par la cour militaire. Et c’est seulement en 1906 que DREYFUS est définitivement innocenté.

 

C’est dans cet environnement agité que Paul GAUGUIN réalise une de ses œuvres postimpressionnistes la plus connue, peinte à Tahiti,  actuellement abritée par le Musée de BOSTON (USA) :

« D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? ».

Tout un programme d’actualité, n’est-ce-pas ?     

 

JACBA

Voir les commentaires