Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Amis de l'Ecole de Rouen

"bord de Seine, effet du matin" de L.J. LEMAÎTRE

10 Juin 2011, 16:42pm

Publié par le webmaster

borddeSeine final EP230811 (Copier) (2)
  cliquer sur l'image pour agrandir

 

QUI : Léon-Jules LEMAITRE (1850-1905)

QUAND : autour de 1881

QU’ EST-CE : Bord de Seine, effet du matin (huile sur toile, Musée de Louviers, legs Roussel 1904)


 COMMENT : ce tableau revêt une très grande importance pour l’Histoire de l’Ecole de Rouen. En effet, il est l’un des rarissimes tableaux impressionnistes de L.J. Lemaître à son retour à Rouen, qui nous soit parvenu, et ce grâce au legs Roussel. Ses toiles ouvrent alors les yeux de ses jeunes amis peintres rouennais, aux nouvelles tendances qui éclosent à Paris.

Lemaître-portrait2 [320x200]

Car, Lemaître, élève doué de l’Académie de Peinture de Rouen, obtient en 1872 une bourse pour aller étudier aux Beaux Arts de Paris, cénacle de l’art académique avec son bon goût, ses idéaux, et son enseignement théorique. Mais patatras, voila que le jeune rapin s’encanaille en découvrant le tout nouveau mouvement impressionniste dont la 1ére expo date de 1874. Et comble d’irrespect pour la Ville de Rouen qui subventionne sa bourse, Lemaître met tout ce qu’on lui inculque, au service de ce mouvement révolutionnaire qui prône le paysage d’après nature, selon une notion atmosphérique ! Soit, sa bourse lui sera supprimée en 1879 !

Le mal est fait ! Léon-Jules Lemaître sera l’instigateur du mouvement impressionniste à Rouen. Il est le plus âgé des trois mousquetaires (avec Angrand, Frechon et Delattre), et sera leur modèle d’inspiration.

La date de réalisation de cette toile, 1881, prouve que la 1ère génération des peintres de l’Ecole de Rouen ne peut en aucun cas être considérée comme un groupe de suiveurs des Maîtres parisiens (Monet, Renoir, Pissarro, Sisley…). Relisons l’interview de Laurent Salomé dans une rubrique antérieure et rappelons-nous qu’Albert Lebourg participe aux 4ème et 5ème expositions impressionnistes de 1879 et 1880.

Penchons-nous maintenant sur cette toile ‘Bord de Seine, effet du matin’. Son titre déjà colle à la philosophie impressionniste : effet du matin. La représentation de la nature ne vaut que par l’atmosphère qui s’en dégage ; c’est le souci majeur du peintre impressionniste ; Sisley disait qu’il débutait toujours ses tableaux par le ciel, afin d’en dégager l’atmosphère générale ! Le ciel, c’est la lumière. Et la lumière change tout au long de la journée ! CQFD.

Mais L.J. Lemaître est un impressionniste bien sage, au vu de ce que font Monet et Guillaumin au cours de ces années, pour ne citer qu’eux. Le motif est impressionniste : regardez cette brume matinale, que le vent, qui fait bruisser les feuillages, n’arrive qu’à peine à dissiper. Mais notre peintre y développe un impressionnisme très mesuré, doux et chatoyant, et même un peu terne voire peureux pour nos yeux d’aujourd’hui. Il est certain que sa palette est moins enlevée que celles des grands Maîtres parisiens contemporains à notre toile. Mais pour les amateurs rouennais de l’époque, L.J. Lemaître présente ici une composition totalement échevelée, dissidente des enseignements académiques. En fait, ce paysage n’est pour eux qu’une esquisse ! Ecoutez, les critiques s’offusquent et le public le raille !

Aujourd’hui, nos yeux se sont habitués à l’esthétique de cette œuvre dont nous trouvons les gris d’une finesse exquise, entretenus par un ton vert discret et tout en mesure. Le rouge rompu des toits de la rive opposée formant le deuxième plan, réchauffe à peine la composition. La blancheur de la voile amène un effet de profondeur et permet à l’œil de s’étalonner et allume ainsi les couleurs de la composition. La touche, quant à elle, est académique, bien léchée et non divisée.

Et puis appréciez ce petit personnage qui anime bien évidemment la scène, mais surtout donne l’échelle du paysage, tout comme la voile blanche sur la Seine.

Un moment de calme aujourd’hui, une révolution picturale il y a 100 ans.

  Brice AURPEUTHY

 

 

L’environnement du peintre - l’année 1881

 

Quelques évènements en France…

 800px-Prise de Sfax - 1881 [320x200]12 mai 1881– le gouvernement, se relevant à grand-peine de la guerre avec la Prusse et désirant redorer son blason sur le plan international, envahit la Tunisie, territoire de l’empire Ottoman. Jules Ferry, Président du Conseil, signe avec le Bey de Tunis le Traité du Bardo instituant un protectorat Français.

16 juin – Jules FERRY fait promulguer la loi sur la gratuité de l’enseignement primaire qui deviendra obligatoire en 1882.

29 juillet – promulgation de la loi sur la liberté de la presse et de la liberté de réunion qui comprend également des dispositions sur la règlementation de l’affichage public. defense d'afficher

 Entre le 15 août et le 15 novembre, la première exposition internationale d’électricité se tient au Palais de l’Industrie sur les Champs-Elysées.Un très nombreux public vient admirer la dynamo de Zénobe GRAMME, les ampoules électriques de Thomas EDISON, une voiture électrique de Gustave TROUVÉ, le téléphone de Graham BELL,220px-Actor portraying Alexander Graham Bell in an AT&T pro tandis que les premières lignes téléphoniques sont installées à Paris et qu’on inaugure la ligne ferroviaire pour voyageurs de CAEN à DOZULÉ et de NEUILLY la  Forêt à ISIGNY sur Mer.

                                 

    …et dans le monde

 

En médecine, Théodor BILLROTH, chirurgien allemand, ami de BRAHMS, révolutionne la gastro-entérologie en réussissant la première ablation d’un cancer de l’estomac. C’est lui aussi qui avait déclaré en 1880 que « le chirurgien qui tenterait de suturer une blessure du cœur, perdrait le respect de ses collègues » !

 Le 2 juillet, James A. GARFIELD, Président des Etats-Unis depuis 6 mois à peine, est assassiné par un illuminé qui fut pendu en 1882.


 Peinture - l’apogée du mouvement impressionniste

 Entre 1874 et 1886, les peintres qui se réclament du mouvement impressionniste, lassés des refus successifs de l’organisation des Beaux Arts en France de les inviter au Salon, se rassemblent pour fonder leurs propres expositions qui, avec l’aide du marchand DURAND-RUEL et, à partir de 1881, les firent bientôt connaître du public et reconnaître par les critiques et les amateurs.un bar aux folies bergères-Manet 1882

 Et pourtant, Edouard MANET, considéré comme le chef de file du mouvement, ne s’est jamais associé aux manifestations de ses amis, et CEZANNE n’a exposé que deux fois (1874 et 1877).  

RENOIR, en 1879, et MONET, en 1880, se détachent aussi du Groupe et rejoignent le Salon.

Après 1886, les artistes s’éloignent les uns des autres, l’impressionnisme évoluant vers de nouvelles recherches menées aussi par une nouvelle génération.  

"le bar aux Folies-Bergères" - E MANET

JACBA

Commenter cet article