Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Amis de l'Ecole de Rouen

commentaires de M.F.Vilcoq sur un fusain de Michel Frechon

15 Août 2014, 10:20am

Publié par le webmaster

C'est avec un immense plaisir et beaucoup de fierté que nous accueillons dans ces pages, Marie-France VILCOQ, femme de lettres proche de René CHAR, esthète et amateur de dessin, qui nous fait partager son sentiment à propos d'un fusain de M. FRECHON.

Ce dessin, au noir profond, représente un pilier sous la lumière des vitraux de la Cathédrale de Rouen, dans la lignée des colonnades. Cette oeuvre se fait l'écho de l'exposition actuelle du Musée des Beaux-Arts de Rouen "Cathédrales, un mythe moderne" jusqu'au 31 août 2014.

Hubert PRIAUCEY, chroniqueur aux A.E.R

 

 "D’un côté l’émotion, de l’autre la matière délicate du fusain.

Ce dessin est pour moi un support de méditation plus encore que de contemplation.

Comme l’artiste, je me laisse emportée doucement par le geste maîtrisé, au fil de l’espace et du temps de cet univers sacré, proprement spirituel et sa lumière insaisissable.

La douceur de la pierre, sa verticalité, sa sévérité, sa substance secrète - le pilier est caressé le long de sa montée intérieure dans une dissipation de la lumière -  pleinement éclairée, installée au centre d’une intimité, sa présence nous transporte au cœur de la matière traversée par le temps.

L’existence d’une silhouette blanche se tient là comme une apparition chaste, austère comme la pierre, aride de par son exil, sa solitude.

Nous sommes là dans une rêverie de l’ascension, une traversée des apparences, un dépouillement de soi, une extase, un abandon, une vacuité, un silence, dans un appétit de transcendance comme un rêveur qui se voit arrivé au paradis.

Cohabitation de la légèreté et de l’apesanteur, de l’ascétisme et de l’attrait.

Ce lieu de création abrite une lenteur et une nuit, une nuit qui nous fait rayonner vers un au-delà, une solitude essentielle.

La lumière qui se dégage aboutit au surgissement d’un espace, à la signification même de ce fusain.

Un élan, une aspiration vers un ailleurs où il n’y aurait ni ombre ni lumière, dans un climat de sensible espérance ".

 

Marie-France Vilcoq, Muids juillet 2014

.

M. FRECHON (1892-1974) - St-Vincent, piliers (1935) fusain SBD 102x72 - coll.part.

M. FRECHON (1892-1974) - St-Vincent, piliers (1935) fusain SBD 102x72 - coll.part.

Voir les commentaires

statistiques entrées MBA "éblouissants reflets" NI 2013

6 Août 2014, 10:08am

Publié par le webmaster

P.A. RENOIR - la yole -1875 - London National Gallery

P.A. RENOIR - la yole -1875 - London National Gallery

Chers Amis AER,

Voici, communiqués par Sylvain AMIC, Conservateur des Musées de Rouen, les chiffres des entrées de l'exposition "éblouissants reflets" qui a été présentée par le MBA dans le cadre de NORMANDIE IMPRESSIONNISTES 2013 (du 29 avril au 30 septembre 2013).

182368 visiteurs (136 jours d'ouverture)

120367 payants

62001 gratuits (dont 20294 de -26 ans et 8516 scolaires).

Vous noterez pour info l'affluence des visiteurs Américains et des Britanniques, Allemands, Belges et Italiens qui sont venus en force (voir détails en P.J.)

merci à  Mr BIGOT, Chef du Service des Publics du M.B.A Rouen, des iinformations aimablement communiquées sur la fréquentation 2013 de leur belle exposition.

JACBA et  B. AURPEUTHY

ps. pour aggrandir les tableaux, cliquer gauche sur la vignette

statistiques entrées MBA "éblouissants reflets" NI 2013 statistiques entrées MBA "éblouissants reflets" NI 2013 statistiques entrées MBA "éblouissants reflets" NI 2013

Voir les commentaires

SALONS et EXPOSITIONS – ROUEN (1833-1947)

23 Février 2014, 14:32pm

Publié par le webmaster

Le corpus éditorial consacré aux salons artistiques de province, initié par Pierre Sanchez, s’enrichit d’une  nouveauté d’importance. Après les salons de Dijon, Lyon et Le Havre, paraissent les Salons de Rouen. Villle Musée selon Michelet, Rouen fut en effet un foyer d’art solide et durable. Les expositions qui y furent organisées montrent souvent une originalité vraie par rapport aux Salons parisiens.

François Lespinasse et Gérard Bonnin sont spécialistes de la peinture normande. François Lespinasse est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages faisant autorité quant à l’École de Rouen ; inlassable chercheur depuis plus de trois décennies, il a sur l’époque picturale rouennaise regard tout à la fois diachronique et synchronique. Gérard Bonnin, orienté davantage vers l’estuaire de la Seine, est l’auteur des récents Salons du Havre.

Ensemble, ils sont parvenus à réunir les trente-neuf livrets des expositions municipales, les livrets de l’exposition des XXX et de la Société de peinture Moderne, les rares catalogues de la Société des Artistes Rouennais ainsi que maints livrets correspondant à des expositions exceptionnelles.

  • L’esprit des Expositions municipales a évolué de 1833 à 1921. De Paul Huet à Eugène Boudin,en passant par Camille Corot, Narcisse Diaz de la Peňa, Félix Ziem ou Théodore Rousseau, l’exposition a accueilli tous les meilleurs représentants de l’Ecole de la Nature chère à Pierre Miquel. Les très académiques Bouguereau, Bonnat ou Laurens y furent également encensés et Rosa Bonheur de même ; et puis, la modernité s’insinua (et finit par s’installer) avec Jongkind, Monet, Gauguin,  Pissarro, Valtat,  Sérusier, Bonnard et tant d’autres.
  • L’exposition des XXX (1907) et les cinq expositions de la Société de Peinture Moderne (1909 à 1914), très inspirée de la Libre Esthétique Bruxelloise sont prestigieuses : Matisse, Angrand, Picabia, Dufy, Saint-Délis, Juan Gris, Larionov et Natalia Gontcharova ne sont qu’un minuscule abrégé des artistes notoires qui furent les invités de ces manifestations.
  • Les Salons des Artistes Rouennais ont rendu compte, année après année, du dynamisme extraordinaire de l’École de Rouen, Angrand et Lebourg, Frechon, Lemaitre et Delattre, Couchaux et Louvrier, Dumont, Pinchon ,Hodé sont des maîtres. Ils ont une manière d’écriture propre, comme s’ils avaient écouté et entendu Montaigne : « me peignant pour autrui, je me suis peint en moi de couleurs plus vives que n’étaient les miennes premières ».
  • Et puis, de l’Exposition Nationale et Coloniale de 1896 jusqu’à la fabuleuse (et au catalogue introuvable) Exposition des peintres de la Mer en 1918-1919, sans méconnaître les manifestations de solidarité lors des deux guerres, Rouen ne manqua aucune occasion de parler (ou de se faire entendre) par la voix de la  peinture. Si créer c’est vivre deux fois, comme le disait Camus, ils sont assurément légion ces artistes admirés à Rouen, qui sont encore bien vivants.

 

La collection est donc tout à fait exhaustive ; elle se concrétise en un ensemble impressionnant de trois volumes de 670 pages chacun (2010 pages) et Pierre.SANCHEZ a enrichi la notice de chaque artiste (8000 artistes à exposer à Rouen dans les expositions de groupe de1833 à 1947) de références à leurs participations hors la Ville de Rouen..

 

Pierre Sanchez - Ed. l'Echelle deJacob

Pierre Sanchez - Ed. l'Echelle deJacob

Voir les commentaires

BON DE COMMANDE (salons et expo.Rouen - ed. Echelle de Jacob).

23 Février 2014, 14:23pm

Publié par le webmaster

BON DE COMMANDE (salons et expo.Rouen - ed. Echelle de Jacob).

TROIS VOLUMES format 16x24 cm de 670 pages chacun (2010 pages)

reliés, cousus, collés, dos ronds, tranchefiles, signets, impression sur papier 70g

couverture sur carte 300g recouverte de toile du Marais

ISBN des 3 tomes : 9782359680447

Prix de vente : 327€ - tirage strictement limité à 300 exemplaires

NOM :………………………………………………………………………………………

ADRESSE :………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………

DÉSIRE RECEVOIR :

……………exemplaire(s) T. III à V (327€) : les Salons de Rouen (1833-1947)

……………exemplaire(s) (70€) : les salons de Dijon (1771-1950)

……………exemplaire(s) T. I à III (327€) : les salons de Lyon (1786-1918)

……………exemplaire(s) T. I et II (96€) : les salons de Lyon (1919-1945)

Franco de port pour la France et l’étranger

soit un montant de……………€

RÈGLEMENT :

à la commande par chèque sur une banque française en €, à l’ordre de l’Échelle de Jacob, ou par virement bancaire

signature : date :

bulletin à retourner à : L’Échelle de Jacob – 55 avenue Victor Hugo – 21000-DIJON

Tél. : 06 85 72 41 76 - e.mail : pierresanchez@neuf.fr - site internet : www.echelledejacob.fr

Ouvrage également disponible :

Voir les commentaires

Les LEBOURG du Musée Fabre de Montpellier

7 Février 2014, 11:37am

Publié par le webmaster

Suite à la parution de l'interview de Sylvain AMIC, Directeur des Musées de Rouen, nous avons l'avantage de vous présenter les deux LEBOURG (1849-1928) appartenant aux collections du Musée Fabre de Montpellier.

Le premier date de 1888, lors d'un voyage rapide que fait notre peintre à La Rochelle. Mais c'est en 1905 qu'Albert Lebourg aborde ce port si pittoresque avec la plénitude de ses talents impressionnistes. Sa toile nous montre l'avant port avec sa vue sur l'océan.

Le second, de 1898, représente l'ancien Pont de pierre reliant Sartrouville à Maisons-Lafitte, datant de 1872, et faisant suite à celui de 1855 détruit en 1870 devant les forces prussiennes et reconstruit donc après les hostilités.

 

Sources biblio: François Lespinasse

Crédit photographique: Musée Fabre de Montpellier Agglomération ; cliché : Frédéric Jaulmes

Un grand merci à Guillaume Assié du Sce reproduction du Musée Fabre de Montpellier

 

 

Alber LEBOURG : La Rochelle 1888 ; Maisons-Lafitte 1898
Alber LEBOURG : La Rochelle 1888 ; Maisons-Lafitte 1898

Alber LEBOURG : La Rochelle 1888 ; Maisons-Lafitte 1898

Voir les commentaires

Les Voeux du Président

8 Janvier 2014, 22:02pm

Publié par le webmaster

LES AMIS DE L’ECOLE DE ROUEN

Association régie par la loi de 1901 Le 6 Janvier 2014

437 rue de Griolet

76320 saint pierre les elbeuf

0235811771 - 0613504630

 

 

 

Cher(e) Ami(e) Membre ,

 

Permettez moi de vous présenter mes tout meilleurs voeux de santé, de prospérité et de découvertes artistiques pour cette année 2014 qui commence.

 

Depuis sa création en 2008 notre site Internet a vu le nombre de ses rubriques s’enrichir et je ne saurai trop vous encourager à lui rendre régulièrement visite afin de suivre au mieux l’évolution de nos projets.

 

L’année 2013 a été marquée par le festival Normandie impressionniste.

A ce titre, outre des prêts dans différents musées (Rouen, Bernay, Elbeuf, Vire) , notre association s’est plus particulièrement impliquée dans la belle exposition rendant hommage, pendant l’été, à Albert LEBOURG à la Maison des Arts de Grand Quevilly.

 

 

Nous discutons actuellement avec le Musée des Beaux Arts de Rouen pour une possible exposition à l’automne 2014 consacrée aux œuvres de Pierre HODE.

 

Nous continuons également notre recherche d’une salle à Paris pour nous permettre de mettre en lumière les plus belles toiles de nos chers Artistes.

 

Nous sommes également en contact avec les Etats –Unis et espérons que 2014 nous permettra de finaliser la tenue d’une exposition.

 

Nous ne manquerons pas de vous tenir prochainement informé de l’ état d’avancement de ces projets.

 

D’autre part, le moment est arrivé de renouveler votre cotisation pour l’année 2014. Vous savez combien cette contribution est indispensable au bon fonctionnement de l’Association .Le montant de la cotisation est toujours de 20 Euros.

Je vous remercie par avance pour votre prochain règlement à établir à l’ordre de l’AER (ou Amis de l’Ecole de Rouen).

 

Vous renouvelant mes vœux pour cette nouvelle année, je vous prie de croire, Cher(e) Ami(e) Membre, en l’expression de mes sentiments cordiaux.

 

 

Jean-Claude DELAHAYE

 

 

Président de l’Association

 

 

NB : Les adhérents nous ayant rejoints depuis le 01.09.2013 ne sont pas concernés par l’appel à cotisation.

Les Voeux du Président

Voir les commentaires

CLOTURE DE L'EXPOSITION DU MUSEE DE VIRE

29 Novembre 2013, 10:18am

Publié par le webmaster

L'EAU, EDEN ou ENFER

Eté 2013 Normandie Impressionniste

 

Je vous rappelle que l'AER y avait prêté son superbe Lemaître de 1888 'La Seine à Croisset'.

Madame Villeroy et son équipe nous a sympathiquement communiqué les résultats statistiques de leur manifestation, dans laquelle l'Ecole de Rouen était admirablement représentée avec un Pinchon très lumineux ainsi que deux Louvrier caractéristiques de son œuvre. Je vous incite, d'ailleurs, à relire le commentaire élogieux de Marie-Jeanne Villeroy, Directrice du Musée de Vire, dans un article récent.

 

Nombre de visiteurs : 6.172 (Calvados 65%, Autres départements 14%, Gde Bretagne 18% et reste de l'Europe 3%) ;

Age des visiteurs : inférieur à 18 ans : 19%, de 18 à 25 ans : 4%, 25 à 60 ans : 41%, plus de 60 ans : 36%

 

 

Pierre Buychaud

Voir les commentaires

LES IMPRESSIONNISTES au Musée de BERNAY en 2013

3 Octobre 2013, 12:19pm

Publié par le webmaster

Cédric PANNEVEL , Directeur du Service patrimonial et du Musée de BERNAY (Eure) nous demande de vous faire part des statistiques de fréquentation de l’exposition qu’il a organisée à la Salle capitulaire du Musée l’été 2013 dans le cadre de Normandie Impressionnistes sur le thème de  la mer et la campagne sublimées par la pluie et intitulée  « l’eau d’une heure de pluie ». On y a Pendant 4 mois, de juin à septembre inclus, 3041 visiteurs dont 526 élèvess des écoles se sont régulièrement succédés dans la salle d’exposition pour admirer  entre autres ce magnifique pastel de Ch. ANGRAND « les chevaux sous la pluie » (vers 1918).

Cédric PANNEVEL nous avait signalé dans un précédent article (février 2011 - « jardins enchanteurs et impressionnistes  en 2010 ») que la fréquentation annuelle moyenne du Musée de BERNAY est de 6000 personnes.

 

 

LES IMPRESSIONNISTES au Musée de BERNAY en 2013
LES IMPRESSIONNISTES au Musée de BERNAY en 2013

Voir les commentaires

"Les chevaux sous la pluie" de Charles ANGRAND

15 Août 2013, 18:42pm

Publié par le webmaster

A la suite des articles relatant la présence d’œuvres de peintres de l’Ecole de Rouen dans les expositions de Rouen puis de Vire, nous voici à Bernay.

De nouveau une splendide manifestation, au sein de la grandiose salle capitulaire, cette fois-ci sur le thème de ‘La Pluie’, initiée en son temps par Delphine Campagnolle. Parmi les artistes qui nous sont chers, nous pouvons citer Angrand, Delattre, Frechon, Lebourg, Lemaître et Pinchon. De Charles Angrand, ‘Les Chevaux sous la pluie’, que Cédric Pannevel, Directeur du Musée de Bernay, nous commente avec beaucoup d’éloquence.

Hubert Priaucey

 

Dans le cadre du Festival « Normandie Impressionniste 2013 » dont le thème retenu par le comité organisateur est l’eau, le musée des Beaux-Arts de Bernay s’associe à cet événement d’envergure internationale en présentant du 01 juin au 29 septembre 2013 une exposition intitulée « L’eau d’une heure de pluie – Images de la pluie dans l’art ».

Le pastel de Charles Angrand, « Les deux chevaux sous la pluie » (1919), illustre la deuxième partie de l’exposition dédiée à la mer et à la campagne sublimées par la pluie.

Charles Angrand fait partie de ces quelques peintres qui ont bravé la difficulté de représenter l’insaisissable eau qui tombe du ciel. Dans cette magnifique œuvre, l’artiste relève le défi de réaliser au pastel ce moment fugitif où la lumière est diffusée par des milliers de gouttes d’eau en suspension. Il ne cherche pas à suggérer la pluie mais bel et bien à la représenter dans ce qu’elle a de plus concret. La pluie, ayant envahi totalement la composition, transforme le paysage, brouille les contours et crée une atmosphère particulière. Charles Angrand suggère avec habilité le clapotis de la pluie, les odeurs qu’elle exalte et les sensations qu’elle réveille. Il se dégage de ce pastel un sentiment de calme et de sérénité.

Cédric Pannevel
Directeur du Service Patrimonial et Muséal de Bernay

 

Charles ANGRAND "Les chevaux sous la pluie" (coll part)

Charles ANGRAND "Les chevaux sous la pluie" (coll part)

Voir les commentaires

Maurice LOUVRIER au Musée des Bx Arts de VIRE

7 Août 2013, 09:09am

Publié par le webmaster

Marie-Jeanne VILLEROY, Directrice du Musée des Beaux Arts de Vire (Calvados) dont le dynamisme n'est plus à démontrer, a brillamment intégré le Festival Normandie Impressionniste 2013. En emprûntant le tableau de Jules-Léon Lemaître "La Seine à Croisset" qui appartient à notre Association et en le mettant en exergue en couverture du catalogue d'exposition, elle montre l'intérêt qu'elle porte aux peintres de l'Ecole de Rouen, et notamment à Maurice Louvrier. Mais laissons-la nous en parler pour notre plaisir...

Hubert Priaucey

 

L’exposition « Eau, Eden ou Enfer ? » proposée au musée de Vire jusqu’au 3 novembre 2013 dans le cadre du festival Normandie Impressionniste ne pouvait faire l’impasse sur les héritiers de ce mouvement : les peintres de l’école de Rouen. Et parmi eux, Maurice Louvrier (Rouen, 1878- 1954) avait toute sa place. Qui mieux que ce singulier artiste pour représenter la brume, le brouillard et l’averse qui brouillent les lignes et la perception du réel ?

Deux œuvres sont présentées : Pluie sur la falaise d’Etretat, fin septembre 1932 (Château-musée de Dieppe) et La Pile blanche, effet de brume, vers 1940 (collection Peindre en Normandie, Abbaye-aux-Dames, Caen). Maurice Louvrier y révèle son talent d’interprète des manifestations climatiques de notre région les plus insaisissables, les moins aisées à matérialiser.

Sur le premier tableau, deux promeneurs affrontent le mauvais temps au sommet d’une falaise tandis qu’au loin, un steamer crache une fumée qui se confond avec la bruine. Quelques traits au couteau s’enfoncent brutalement dans la matière picturale grasse. Ils rayent le tableau comme les gouttes de l’averse barrent le champ de vision du promeneur surpris par la pluie.

La seconde composition est plus connue. Louvrier crée un univers onirique et lumineux qui annonce l’abstraction. Seuls les traits au crayon, visibles sous la matière cette fois légère et transparente, révèlent l’existence d’un paysage réel et familier : les bords de Seine à Rouen submergés par une brume irisée de couleurs mauves et jaunes.

Louvrier est un plasticien formidablement inventif. Audacieux, il développe une grande diversité de manières dont chacune reflète un héritage ou annonce un nouvel élan pictural. On ne s’ennuie jamais en regardant son œuvre. Traités avec des effets de matières originaux dans des textures grasses ou légères, en de forts contrastes ou de douces tonalités, ses paysages comme ses natures mortes prêtent toujours à rêver.

                                                                                                                      Juillet 2013, MJV

 

Retrouvez le programme de la saison sur notre blog : museedevire.blogspot.fr et notre catalogue, L’eau, eden ou enfer ?, 60 pages illustrées, Orep éditions, 15 euros.

Pluie sur la falaise d'Etretat --- La pile blanche --- couverture du catalogue
Pluie sur la falaise d'Etretat --- La pile blanche --- couverture du catalogue
Pluie sur la falaise d'Etretat --- La pile blanche --- couverture du catalogue

Pluie sur la falaise d'Etretat --- La pile blanche --- couverture du catalogue

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>