Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Amis de l'Ecole de Rouen

Les Voeux du Président

8 Janvier 2014, 22:02pm

Publié par le webmaster

LES AMIS DE L’ECOLE DE ROUEN

Association régie par la loi de 1901 Le 6 Janvier 2014

437 rue de Griolet

76320 saint pierre les elbeuf

0235811771 - 0613504630

 

 

 

Cher(e) Ami(e) Membre ,

 

Permettez moi de vous présenter mes tout meilleurs voeux de santé, de prospérité et de découvertes artistiques pour cette année 2014 qui commence.

 

Depuis sa création en 2008 notre site Internet a vu le nombre de ses rubriques s’enrichir et je ne saurai trop vous encourager à lui rendre régulièrement visite afin de suivre au mieux l’évolution de nos projets.

 

L’année 2013 a été marquée par le festival Normandie impressionniste.

A ce titre, outre des prêts dans différents musées (Rouen, Bernay, Elbeuf, Vire) , notre association s’est plus particulièrement impliquée dans la belle exposition rendant hommage, pendant l’été, à Albert LEBOURG à la Maison des Arts de Grand Quevilly.

 

 

Nous discutons actuellement avec le Musée des Beaux Arts de Rouen pour une possible exposition à l’automne 2014 consacrée aux œuvres de Pierre HODE.

 

Nous continuons également notre recherche d’une salle à Paris pour nous permettre de mettre en lumière les plus belles toiles de nos chers Artistes.

 

Nous sommes également en contact avec les Etats –Unis et espérons que 2014 nous permettra de finaliser la tenue d’une exposition.

 

Nous ne manquerons pas de vous tenir prochainement informé de l’ état d’avancement de ces projets.

 

D’autre part, le moment est arrivé de renouveler votre cotisation pour l’année 2014. Vous savez combien cette contribution est indispensable au bon fonctionnement de l’Association .Le montant de la cotisation est toujours de 20 Euros.

Je vous remercie par avance pour votre prochain règlement à établir à l’ordre de l’AER (ou Amis de l’Ecole de Rouen).

 

Vous renouvelant mes vœux pour cette nouvelle année, je vous prie de croire, Cher(e) Ami(e) Membre, en l’expression de mes sentiments cordiaux.

 

 

Jean-Claude DELAHAYE

 

 

Président de l’Association

 

 

NB : Les adhérents nous ayant rejoints depuis le 01.09.2013 ne sont pas concernés par l’appel à cotisation.

Les Voeux du Président

Voir les commentaires

CLOTURE DE L'EXPOSITION DU MUSEE DE VIRE

29 Novembre 2013, 10:18am

Publié par le webmaster

L'EAU, EDEN ou ENFER

Eté 2013 Normandie Impressionniste

 

Je vous rappelle que l'AER y avait prêté son superbe Lemaître de 1888 'La Seine à Croisset'.

Madame Villeroy et son équipe nous a sympathiquement communiqué les résultats statistiques de leur manifestation, dans laquelle l'Ecole de Rouen était admirablement représentée avec un Pinchon très lumineux ainsi que deux Louvrier caractéristiques de son œuvre. Je vous incite, d'ailleurs, à relire le commentaire élogieux de Marie-Jeanne Villeroy, Directrice du Musée de Vire, dans un article récent.

 

Nombre de visiteurs : 6.172 (Calvados 65%, Autres départements 14%, Gde Bretagne 18% et reste de l'Europe 3%) ;

Age des visiteurs : inférieur à 18 ans : 19%, de 18 à 25 ans : 4%, 25 à 60 ans : 41%, plus de 60 ans : 36%

 

 

Pierre Buychaud

Voir les commentaires

LES IMPRESSIONNISTES au Musée de BERNAY en 2013

3 Octobre 2013, 12:19pm

Publié par le webmaster

Cédric PANNEVEL , Directeur du Service patrimonial et du Musée de BERNAY (Eure) nous demande de vous faire part des statistiques de fréquentation de l’exposition qu’il a organisée à la Salle capitulaire du Musée l’été 2013 dans le cadre de Normandie Impressionnistes sur le thème de  la mer et la campagne sublimées par la pluie et intitulée  « l’eau d’une heure de pluie ». On y a Pendant 4 mois, de juin à septembre inclus, 3041 visiteurs dont 526 élèvess des écoles se sont régulièrement succédés dans la salle d’exposition pour admirer  entre autres ce magnifique pastel de Ch. ANGRAND « les chevaux sous la pluie » (vers 1918).

Cédric PANNEVEL nous avait signalé dans un précédent article (février 2011 - « jardins enchanteurs et impressionnistes  en 2010 ») que la fréquentation annuelle moyenne du Musée de BERNAY est de 6000 personnes.

 

 

LES IMPRESSIONNISTES au Musée de BERNAY en 2013
LES IMPRESSIONNISTES au Musée de BERNAY en 2013

Voir les commentaires

"Les chevaux sous la pluie" de Charles ANGRAND

15 Août 2013, 18:42pm

Publié par le webmaster

A la suite des articles relatant la présence d’œuvres de peintres de l’Ecole de Rouen dans les expositions de Rouen puis de Vire, nous voici à Bernay.

De nouveau une splendide manifestation, au sein de la grandiose salle capitulaire, cette fois-ci sur le thème de ‘La Pluie’, initiée en son temps par Delphine Campagnolle. Parmi les artistes qui nous sont chers, nous pouvons citer Angrand, Delattre, Frechon, Lebourg, Lemaître et Pinchon. De Charles Angrand, ‘Les Chevaux sous la pluie’, que Cédric Pannevel, Directeur du Musée de Bernay, nous commente avec beaucoup d’éloquence.

Hubert Priaucey

 

Dans le cadre du Festival « Normandie Impressionniste 2013 » dont le thème retenu par le comité organisateur est l’eau, le musée des Beaux-Arts de Bernay s’associe à cet événement d’envergure internationale en présentant du 01 juin au 29 septembre 2013 une exposition intitulée « L’eau d’une heure de pluie – Images de la pluie dans l’art ».

Le pastel de Charles Angrand, « Les deux chevaux sous la pluie » (1919), illustre la deuxième partie de l’exposition dédiée à la mer et à la campagne sublimées par la pluie.

Charles Angrand fait partie de ces quelques peintres qui ont bravé la difficulté de représenter l’insaisissable eau qui tombe du ciel. Dans cette magnifique œuvre, l’artiste relève le défi de réaliser au pastel ce moment fugitif où la lumière est diffusée par des milliers de gouttes d’eau en suspension. Il ne cherche pas à suggérer la pluie mais bel et bien à la représenter dans ce qu’elle a de plus concret. La pluie, ayant envahi totalement la composition, transforme le paysage, brouille les contours et crée une atmosphère particulière. Charles Angrand suggère avec habilité le clapotis de la pluie, les odeurs qu’elle exalte et les sensations qu’elle réveille. Il se dégage de ce pastel un sentiment de calme et de sérénité.

Cédric Pannevel
Directeur du Service Patrimonial et Muséal de Bernay

 

Charles ANGRAND "Les chevaux sous la pluie" (coll part)

Charles ANGRAND "Les chevaux sous la pluie" (coll part)

Voir les commentaires

Maurice LOUVRIER au Musée des Bx Arts de VIRE

7 Août 2013, 09:09am

Publié par le webmaster

Marie-Jeanne VILLEROY, Directrice du Musée des Beaux Arts de Vire (Calvados) dont le dynamisme n'est plus à démontrer, a brillamment intégré le Festival Normandie Impressionniste 2013. En emprûntant le tableau de Jules-Léon Lemaître "La Seine à Croisset" qui appartient à notre Association et en le mettant en exergue en couverture du catalogue d'exposition, elle montre l'intérêt qu'elle porte aux peintres de l'Ecole de Rouen, et notamment à Maurice Louvrier. Mais laissons-la nous en parler pour notre plaisir...

Hubert Priaucey

 

L’exposition « Eau, Eden ou Enfer ? » proposée au musée de Vire jusqu’au 3 novembre 2013 dans le cadre du festival Normandie Impressionniste ne pouvait faire l’impasse sur les héritiers de ce mouvement : les peintres de l’école de Rouen. Et parmi eux, Maurice Louvrier (Rouen, 1878- 1954) avait toute sa place. Qui mieux que ce singulier artiste pour représenter la brume, le brouillard et l’averse qui brouillent les lignes et la perception du réel ?

Deux œuvres sont présentées : Pluie sur la falaise d’Etretat, fin septembre 1932 (Château-musée de Dieppe) et La Pile blanche, effet de brume, vers 1940 (collection Peindre en Normandie, Abbaye-aux-Dames, Caen). Maurice Louvrier y révèle son talent d’interprète des manifestations climatiques de notre région les plus insaisissables, les moins aisées à matérialiser.

Sur le premier tableau, deux promeneurs affrontent le mauvais temps au sommet d’une falaise tandis qu’au loin, un steamer crache une fumée qui se confond avec la bruine. Quelques traits au couteau s’enfoncent brutalement dans la matière picturale grasse. Ils rayent le tableau comme les gouttes de l’averse barrent le champ de vision du promeneur surpris par la pluie.

La seconde composition est plus connue. Louvrier crée un univers onirique et lumineux qui annonce l’abstraction. Seuls les traits au crayon, visibles sous la matière cette fois légère et transparente, révèlent l’existence d’un paysage réel et familier : les bords de Seine à Rouen submergés par une brume irisée de couleurs mauves et jaunes.

Louvrier est un plasticien formidablement inventif. Audacieux, il développe une grande diversité de manières dont chacune reflète un héritage ou annonce un nouvel élan pictural. On ne s’ennuie jamais en regardant son œuvre. Traités avec des effets de matières originaux dans des textures grasses ou légères, en de forts contrastes ou de douces tonalités, ses paysages comme ses natures mortes prêtent toujours à rêver.

                                                                                                                      Juillet 2013, MJV

 

Retrouvez le programme de la saison sur notre blog : museedevire.blogspot.fr et notre catalogue, L’eau, eden ou enfer ?, 60 pages illustrées, Orep éditions, 15 euros.

Pluie sur la falaise d'Etretat --- La pile blanche --- couverture du catalogue
Pluie sur la falaise d'Etretat --- La pile blanche --- couverture du catalogue
Pluie sur la falaise d'Etretat --- La pile blanche --- couverture du catalogue

Pluie sur la falaise d'Etretat --- La pile blanche --- couverture du catalogue

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

31 Juillet 2013, 15:50pm

Publié par le webmaster

 

 

                DE L’ EXPO de ROUEN

          « EBLOUISSANTS REFLETS »

 

          Je n'insisterai pas sur la majesté de cette exposition dans le cadre du 'Festival Normandie Impressionniste 2013'. La quasi-totalité des Musées Hauts et Bas Normands, et autour de 700 propositions de sorties variées : voici le programme de cet été, dans le sillage de l'engouement du premier Festival de 2010. Remarquons que « Reflets » était déjà le thème de la première exposition impressionniste de 1874.

         Rouen, avec ses 40 Monet accrochés, dans 17 sessions sur 1.200m², fait figure 'de proue' ; sans oublier les Renoir, Cézanne, Jongkind, Boudin, Sisley, Morisot, Seurat, Signac etc... Ainsi que plusieurs séries de photographies d'époque qui ne peuvent que surprendre le grand public.

         Et, dans une salle bien à elle, 'Rouen et son Ecole', le fleuron de la donation Depeaux, entre autres ! Un 'La Bouille' d'Albert Lebourg (autour de 1902) majestueux d'impressionnisme, et deux autres toiles du même, représentant 'L'Ile Lacroix' envahie du brouillard hivernal et glacial, sans soleil pour l'un des deux (Musée de Rouen) et figurant un soleil qui perce péniblement pour l'autre (Musée de Lille). Et puis Delattre et Pinchon. Mais arrêtons-nous juste quelques instants sur les trois toiles de collections privées accrochées dans cette salle, donc inédites ou presque.

         Tout d’abord, les fameuses ‘Régates’ de Joseph Delattre, composition que Brice Aurpeuthy et l’excellent Jacba nous avaient décrite dans l’une de leurs dernières rubriques « Une Oeuvre, Une Histoire » ! Ancienne Collection Depeaux, cette œuvre majeure trouve, dans ce cadre muséal auprès de ses pairs normands comme internationaux, la plénitude de ses qualités. Datée d’autour de 1895, elle soutient fièrement la comparaison.

         Et deux Robert-Antoine Pinchon : l’un autour de 1903/1905, ‘La Carrière d’Amfreville-la-Mivoie, reflets’, où le peintre n’a pas encore 19 ans ; et ‘Les Coteaux de Belbeuf’, autour de 1909, plus fauve dans son chromatisme mais tout à fait impressionniste dans sa mise en page, comme Delphine Campagnolle, ancienne directrice du Musée de Bernay, nous l’appréhendera dans un article à venir.

         Profitez, chers Amis, profitez…

 

 

Hubert Priaucey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sylvain Amic devant Lebourg et les deux Pinchon (cliché suivant)
Sylvain Amic devant Lebourg et les deux Pinchon (cliché suivant)

Sylvain Amic devant Lebourg et les deux Pinchon (cliché suivant)

Voir les commentaires

INTERVIEW de Laurent FABIUS par Pierre BUYCHAUT

9 Février 2013, 20:16pm

Publié par le webmaster

chroniqueur7Notre collaborateur,Pierre BUYCHAUT a rencontré Laurent FABIUS fin 2012.

Il nous livre les quelques propos recueillis à cette occasion.

 

pour en savoir plus cliquer ICI

 

le webmestre

Voir les commentaires

INTERVIEW de Laurent FABIUS par Pierre BUYCHAUT

9 Février 2013, 20:15pm

Publié par le webmaster

Laurent Fabius 2009ActueMinistre des Affaires Étrangères dans le Gouvernement du Président de la République François Hollande, après avoir été Premier Ministre de François Mitterrand et député de Seine-Maritime, M. Fabius nous a reçu dans son bureau de l'Hôtel de Ville de Grand-Quevilly, le jeudi 25 octobre.

Issu d'une célèbre famille de marchands d'Art, Laurent FABIUS est membre de notre Association des Amis de l’École de Rouen.

Pierre BUYCHAUT : Vous êtes amateur d'Art éclairé depuis toujours. Comment avez-vous découvert les peintres de l’École de Rouen ? 

Laurent FABIUS : Je connais  l’École de Rouen  depuis très longtemps. On ne peut pas dire qu'il existe un moment précis ou je l’ai découverte : c'est une série de sédimentations et de rencontres successives.

Je me suis familiarisé plus récemment avec les remarquables travaux de François Lespinasse. Et je me suis beaucoup intéressé à la Collection Depeaux du Musée des Beaux Arts de Rouen. Le tout fait que, sans en être un spécialiste professionnel, l’École de Rouen  est un des mouvements artistiques que j'apprécie et que je connais assez bien.

PBY-a-t-il un peintre que vous appréciez plus particulièrement ?

LF : Il y en a plusieurs. Dans la première génération, je suis particulièrement sensible à Léon-Jules Lemaître ! Nous avons acquis pour la CREA - et ils y sont accrochés - plusieurs tableaux de Lemaître dont un très original ! Il représente une Vue du Port de Rouen. Ce n'est pas un Lemaître classique avec ses « petits personnages sous la pluie », mais un Lemaître d’assez grand format, très coloré, avec des tons verts et jaunes.LEMAITRE 32x24 (Copier) 

PB : Oui, je vois ; c'est une œuvre exceptionnelle, contemporaine du mouvement Néo-Impressionniste !

LF : Exactement. Original et très beau !

PB : Et le second Lemaître ?

LB : Le second est une Rue du Gros Horloge qui, j'en plaisante régulièrement avec le Conservateur du Musée des Beaux Arts de Rouen, possède la même force gracieuse que ceux du Musée !

l'île Lacroix à ROUEN - 1885 - SBG 32x24

PB : Vous me disiez que vous appréciez plusieurs peintres. A part Lemaître, quels sont les autres ?

LF : Je citerai notamment Angrand : certaines de ses toiles sont magnifiques.

J'aime également beaucoup Charles Frechon.

Et, plus proche de nous, Pierre Hodé. Un grand talent. Insuffisamment connu, hélas !

PB : Vous savez que nous avons du mal à faire connaître l’École de Rouen  hors de nos frontières normandes...

LF : : C’est vrai ! J’ai été frappé, lorsque nous avons organisé en 2010 la première édition de Normandie Impressionniste, de constater dans la juxtaposition avec les « Grands Impressionnistes », que les œuvres choisies des peintres de l’École de Rouen – que beaucoup de visiteurs découvraient - relevaient parfaitement le défi ! J’en ai été heureux.

Il y avait en particulier une toile de Charles Angrand, Le pont de pierre, datée de 1881, avec un effet de nuit superbe. Une grande force.

Oui, il faudrait faire mieux connaître cette École et les « Amis de l’Ecole de Rouen » y contribuent très utilement. Chaque fois que l'on pourra en parler, faciliter une exposition, on le fera ! J'avais demandé, d'ailleurs, que l'on puisse organiser une exposition à Paris, et écrit à Bertrand Delanoë (actuel Maire de Paris - NDLR) dans ce sens. J’espère que cela se fera.

PB : Nous organisons une rétrospective Joseph Delattre, pour le centenaire de sa disparition, du 16 novembre au 13 décembre 2012, à L’Hôtel du Département, grâce à votre intervention auprès de M. Didier Marie.

   NDLR - voir l'annonce de cette expo qui s'st tenue à la maison de Département du 15 nov. au 13 déc. 2012

LF : Oui, je n'ai pas cité Delattre, mais c’est aussi un grand artiste! J’essaierai de voir cette rétrospective, si j’en trouve la possibilité.

PB : Parlez-nous de votre exposition Albert Lebourg, à la Maison des Arts de Grand-Quevilly, durant le Festival Normandie impressionniste de l'été 2013.

LF : : Lebourg a beaucoup peint, il y a chez lui du très bon et du moins bon !

Nous avons acquis pour la commune plusieurs toiles de Lebourg ; je trouve intéressant de pouvoir présenter des sites peints par un très bon artiste, sites dans lesquels les spectateurs se reconnaissent, que ce soit La Bouille, Rouen et même Grand-Quevilly. L'un de ces Lebourg représente un Bouquet de fleurs, une très belle composition. Nous avions, d'ailleurs, prêté ces Lebourg à l'exposition que la ville de La Bouille a organisée.

Dans le cadre de Normandie Impressionniste 2013, nous préparons une exposition à La Maison des Arts de Grand-Quevilly, qui s'intitulera : Albert Lebourg et la Seine. Seront réunies une quarantaine d’œuvres issues de collections publiques et privées. L'Association des Amis de l’École de Rouen participe à ce projet dont le Commissaire sera François Lespinasse, qui prépare, par ailleurs, la publication de la correspondance de Lebourg.

PB : Qu'est-ce qui a motivé votre choix d'Albert Lebourg ?

LF : : Ses plus belles toiles atteignent les meilleurs niveaux. Et pourtant, il n'est pas assez mis en valeur !

Le projet de Normandie Impressionniste consiste à ne pas tout concentrer dans les Grands Musées, mais à faire vivre l’impressionnisme dans une diversité de communes, afin d'amener le plus large public à la peinture, à l'amour de la peinture, et plus généralement de la culture...

Les spectateurs reconnaîtront des paysages qui leur sont familiers.

Dans le futur, j'aimerais que l'on continue cette aventure, et que l'on accueille périodiquement d'autres peintres, notamment parmi ceux de l'Ecole de Rouen qui méritent qu'on leur consacre une exposition particulière.

PB : Normandie Impressionniste 2013 au Musée des Beaux Arts de Rouen ?

LF : : Le thème choisi à Rouen sera « Éblouissants reflets ». Le reflet se trouve être un magnifique sujet impressionniste, notamment pour l'Ecole de Rouen, et en même temps un thème de réflexion philosophique.

J’apporte mon soutien à ce festival car c'est une manière d'initier le public à l'Art, notamment la peinture, et de faire connaître et apprécier la Normandie, nos ciels, nos rivières et notre lumière au monde entier. Il ne faut pas simplement regarder les œuvres de l'extérieur. Idem pour la Musique ou le Théâtre...

Cette fois-ci, nous allons mettre l'accent, et je m'en réjouis, sur les jeunes ! Via les écoles, les lycées et les universités. Leur donner le goût de l’art ! Et - pourquoi pas - susciter des vocations artistiques... »

 

                                                         Propos recueillis par Pierre Buychaut

Voir les commentaires

voeux du Président

9 Janvier 2013, 10:00am

Publié par le webmaster

      

images

Cher(e)  Ami(e) Membre ,

Permettez-moi de vous présenter tous mes meilleurs vœux de santé, de prospérité et de découvertes artistiques pour cette année 2013 qui commence.

Depuis sa création en 2008, notre site Internet a vu le nombre de ses rubriques s’enrichir et je ne saurai trop vous encourager à lui rendre régulièrement visite afin de suivre au mieux  l’évolution de nos projets.

dominiqueCHAUVEL-JCD-2-151112 (Copier) (2)L’année 2012 a été marquée par la belle exposition rendant hommage à Michel FRECHON au musée de Bernay (23 juin au 16 septembre) ainsi que par la commémoration du 100ème  anniversaire du décès de Joseph DELATTRE dans le salon d’honneur de l’Hôtel du Département de Seine Maritime (15 novembre au 13 décembre). 

Jean-Claude DELAHAYE et Dominique CHAUVEL, responsable culture au CG76, lors du vernissage de l'expo DELATTRE,  le 15 novembre 2012

Nous participerons en Mai 2013 à la tenue d’une exposition consacrée à Albert LEBOURG à la Maison des Arts de Grand-Quevilly, dans le cadre de Normandie Impressionniste 2013. 

Nous travaillons également, toujours dans le cadre de  la préparation de « Normandie Impressionniste 2013 » sur plusieurs projets, incluant l’importante exposition qui se tiendra au Musée des Beaux-Arts de Rouen.

Nous ne manquerons pas de vous tenir prochainement informé de leur état d’avancement.

D’autre part, le moment est arrivé de renouveler votre cotisation pour l’année 2013.

Vous savez combien cette contribution est indispensable au bon fonctionnement de l’Association. Le montant de la cotisation est toujours de 20 Euros.

Je vous remercie par avance pour votre prochain règlement à établir à l’ordre de l’AER (ou Amis de l’Ecole de Rouen).

Vous renouvelant mes vœux pour cette nouvelle année, je vous prie de croire, Cher(e) Ami(e) Membre, en l’expression de mes sentiments cordiaux.

Jean-Claude DELAHAYE, Président de l’Association

                     

NB. Les adhérents nous ayant rejoints depuis le 01.09.2012 ne sont pas concernés par le présent appel à cotisation.                                                                                                     

Voir les commentaires

une Oeuvre, une Histoire par Brice AURPEUTHY et JACBA (7)

1 Décembre 2012, 10:28am

Publié par le webmaster

  Delattre-RégatesSeine (Copier) (3)cliquer gauche  pour agrandir

 

QUI : Joseph DELATTRE (1858-1912)

 

QUAND : entre 1895 et 1900

 

QU’ EST-CE : Les régates (huile sur toile, coll. part.)

 

 

 

COMMENT : Joseph Delattre est un paysagiste, un paysagiste des bords de Seine, notamment.

Au début des années 1890, il oriente ses recherches dans la retranscription des brumes portuaires rouennaises. Il s'évertue à donner de la transparence dans la palette de ses gris, en les éclairant de bleu, de vermillon, d'ocre... Une recherche tout en délicatesse.

Après son déménagement à Petit-Couronne en 1902, ce sont les gribanes, ces barques de transport de roches et de craie des carrières de Biessard, qui captent l'attention de notre peintre.

Notre toile, exceptionnelle, se situe entre ces deux périodes. Joseph Delattre, grâce à ses correspondances avec Charles Angrand, l'ami de Seurat, a parfaitement intégré les principes néo de la décomposition de la touche. Plus large dans les reflets du fleuve, cette touche devient punctiforme dans les voilures, simulant le gonflement ou le faseyement de ces dernières, c'est à dire le mouvement !

Et que dire des couleurs réfléchies sur les ondes sages de la Seine: un mélange étonnant de parme venant du ciel, de mauve produit par les coteaux, quelques traits crème pour les voiles, coquille d'oeuf rosé pour le reflet des falaises de craie, sur fond bleu céleste dégradé (plus clair).

Quant au premier plan de droite ocre-vert figurant la berge, il est caractéristique de Delattre, permettant d'étager les plans successifs, ce qui amène toute la profondeur de la composition.

 

Brice AURPEUTHY

 

L'environnement du peintre en 1895-1900

 

Le peintre réalise son œuvre entre 1895 et 1900, c’est-à-dire au début de la « belle époque », caractérisé par de nombreux progrès technologiques : en 1895, les frères LUMIERE déposent le brevet du cinématographe, en 1897, Eugène DEMARÇAIS isole l’EUROPIUM, en 1898, Pierre et Marie CURIE, le RADIUM, le chimiste américain John ABEL, l’adrénaline, Joseph THOMSON annonce la découverte de l’électron, élément fondamental des rayons lumineux, et Clément ADER réalise un premier vol horizontal de 300 mètres sur son AVION III...et aussi  des catastrophes !

un train "s'arrête" en Gare Montparnasse en 95

 

Mais, dans cette période également riche sur le plan culturel surviennent également des évènements qui jettent le trouble dans cette société qui, sortant d’une longue période de guerre, respire enfin. J’en cite deux :

330px-Le Petit Journal - Bazar de la Charité (Copier)- Le 4 mai 1897, un gigantesque incendie survient au Bazar de la Charité à PARIS, faisant 121 morts.  L’effervescence autour de ce drame générera toutes sortes de réflexions, chacun voyant dans l’évènement récupéré, interprété et amplifié par le presse, des symboles quasi mythologiques sur la dégradation de la société ; les milieux cléricaux lui y attribuèrent même l’expression d’une punition divine.

- Le 13 janvier 1898, publication par le journal « l’aurore » du « J’ACCUSE », relançant l’affaire DREYFUS. Dans ce texte virulent, l’écrivain Emile ZOLA, soutenu par Georges CLEMENCEAU, dénonce les manigances qui entourent le procès démarré en 1894 du capitaine DREYFUS, accusé d’espionnage. Carte jaccuse

Le 19 septembre 1899, le Président de la République Emile LOUBET gracie DREYFUS, reconnu pourtant coupable de haute trahison par la cour militaire. Et c’est seulement en 1906 que DREYFUS est définitivement innocenté.

 

C’est dans cet environnement agité que Paul GAUGUIN réalise une de ses œuvres postimpressionnistes la plus connue, peinte à Tahiti,  actuellement abritée par le Musée de BOSTON (USA) :

« D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? ».

Tout un programme d’actualité, n’est-ce-pas ?     

 

JACBA

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>